L’Ethique de Responsabilité



Les résultats du premier tour des élections municipales sont cinglants pour la majorité et le PS actuellement au pouvoir. Le parti présidentiel est dans certaines villes plus que distancé par le FN qui a largement remporté un bastion historique de la gauche dans le Nord à Hénin-Beaumont. François Hollande et le gouvernement doivent impérativement tirer les leçons de ce premier test électoral dramatique pour l’exécutif. Abstention record, poussée du Front National, humiliation de la gauche à Marseille…

Tous les ingrédients sont réunis pour une déroute électorale. Nous en voulons pour preuve que le président de la République a pris la décision de revenir plus tôt que prévu du sommet pour la sécurité nucléaire du G7 à La Haye.


Mais quel a été le message envoyé au gouvernement à la suite de ce premier tour ? Outre le fait que les électeurs de gauche se sont abstenus plus que les autres, il faut regarder en profondeur la cartographie de ces élections municipales : à Paris, Anne Hidalgo qui pensait créer une dynamique en étant en tête au premier tour se retrouve devancée par Nathalie Kociusko-Morizet, et même si le rapport de force lui semble favorable au second tour, elle va devoir sérieusement s’accrocher face à une NKM qui jouera son va-tout.

Dans les villes tenues par des barons socialistes de premier plan, à commencer par Lille, l’ancienne première secrétaire du PS Martine Aubry qui pensait être réélue dans un fauteuil se retrouve en ballotage, même si elle devrait gagner largement au second tour.

A Nantes, fief du Premier Ministre Jean-Marc Ayrault, sa dauphine Johanna Rolland est certes arrivée en tête du premier tour, mais la ville va connaître un second tour pour la première fois depuis 1989 et l’élection de Jean-Marc Ayrault à la mairie de Nantes pour la première fois.


Le message politique envoyé au président de la République est simple, plus que des résultats, les Français attendent un discours, une vision et une équipe soudée. Depuis son arrivée à l’Elysée, François Hollande n’a cessé de se comporter en premier secrétaire du PS ayant pour but de gérer les sensibilités au sein du gouvernement.

Le bal des egos avait donc commencé au moment même où l’équipe gouvernementale fut nommée. De fortes personnalités comme Arnaud Montebourg, Manuel Valls, ou Christiane Taubira ou Cécile Duflot ont dû cohabiter alors qu’elles représentent des sensibilités parfois radicalement différentes.  La machine à couac a donc été enclenchée….

Dans ce cadre, au-delà de la taille pléthorique de ce gouvernement (38 membres !), il convient de donner une cohérence à cet ensemble pour porter le fer à l’Assemblée Nationale, sur le Pacte de Responsabilité dont les grandes lignes seront votées au printemps -avec le vote de confiance dans la foulée, la réforme territoriale avec la fusion annoncée de certaines régions, la réforme de la justice pour l’indépendance du parquet, et après les élections européennes, la mise en chantier de l’Europe Sociale.


La question du remaniement qui se pose de manière de plus en plus insistante avec cette rouste électorale, pose en substance la question du changement de Premier ministre. Mais dans la tête du Président, cette idée n’a que peu germé. En effet, selon lui, sur un mandat de cinq ans, on n’a la possibilité de changer de Premier ministre qu’une seule fois.

Au-delà, cela donnerait un sentiment d’échec et de tâtonnements. Par ailleurs, un changement de Premier ministre implique nécessairement un changement de politique. Or, le locataire de l’Elysée est persuadé de tenir le bon cap, alors même que les résultats tardent encore à venir. Et il serait sans doute malencontreux de prendre une décision de la sorte sous la pression, alors que Hollande n’en n’a jamais eu l’habitude. Car même si un remaniement ministériel sur une équipe resserrée semble inévitable, changer de Premier ministre sous la pression des élections serait perçu à terme comme une marque patente de faiblesse.

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2023 Les Chroniques de Sorensen by Flow